L’église d’Anor ravagée par les flammes – Partie 1 – Journaux

Comme bien des villes et villages Anor n’est pas en reste en ce qui concerne les catastrophes liées aux intempéries ou aux incendies, sans compter les ravages des guerres. Son église a été plusieurs fois détruite et reconstruite. La dernière fois fut durant la seconde guerre mondiale, alors que moins de 20 ans plus tôt elle fut la proie des flammes.

En effet, il y a 90 ans, dans la nuit du 07 au 08 février 1930, les flammes lèchent le clocher de l’église Saint-Nicolas. Pas moins de 5 journaux différents ont traité le sujet parfois même plusieurs éditions durant. Les uns en quelques lignes, les autres à la une avec photographies.

J’ai trouvé de nombreux documents. En fait, j’ai trouvé tellement de documents que mon article promettait d’être très long. Je ne pouvais pas garder la manière de présenter les faits que j’avais en tête pour cette rédaction, cela ne collait plus avec la taille du récit. J’ai alors décidé de couper en plusieurs parties avec un décorticage de la presse, l’histoire et la situation géographique de l’église, pour finir avec les liens avec mes ancêtres et leurs contemporains. Voici donc le premier avec le décorticage de la presse.

entetes
Entêtes des journaux contenant des articles sur l’incendie de l’église d’Anor en 1930

Le Peuple et La Croix

« Le Peuple » est un journal français qui fut un quotidien de 1921 à 1939 (puis la fréquence de publication changea). C’est un journal syndical qui remplace en 1921 « La Bataille » dont le nom d’origine était « La Bataille Syndicaliste« . « La Croix » est un journal quotidien français fondé en 1883, il se réclame chrétien et catholique.

Dans les articles de petites tailles, deux m’ont de suite interpellée puisqu’ils sont identiques mot pour mot et que leurs seules différences sont la pagination et le titre. En effet, le journal « Le Peuple » a publié son article le dimanche 09 février 1930 et sa copie fut publiée dans le journal « La Croix » le lundi 10 février 1930. Plagiat ou même auteur ? Quoiqu’il en soit, ces articles sont fort brefs et ne donnent que peu d’informations au final puisque l’on y déplore les blessures de quatre pompiers et on apprend que l’église est détruite.

peuple-et-croix
Articles du 9 février 1930 dans le journal Le Peuple et du 10 février 1930 dans le journal La Croix

Le Matin et le Grand Echo du Nord

Le journal « Le Matin » était un quotidien français qui fut créé en 1883 et qui disparut en 1944, il est décrit comme nationaliste, laïc et conservateur. Le journal « Le Grand Echo du Nord » était également un quotidien mais régional du Nord. Fondé en 1819 sous le titre « L’Echo du Nord« , il disparaît en 1945 après la libération pour être repris par « La Voix du Nord« , locaux, presses et personnel identiques.

Le journal « Le Matin » a rédigé deux articles, dans le premier des précisions sont données sur l’incendie en lui-même comme l’heure et les suspicions quant à la cause puis dans l’édition du lendemain des nouvelles des pompiers blessés sont apportées, avec les noms de certains d’entre eux.

le_matin
Articles des 9 et 10 février 1930 dans le journal Le Matin

L’article du journal « Grand Echo du Nord » étant une longue colonne, j’ai préféré le couper en deux. J’ai trouvé cet article plus élaboré et structuré. Y sont relatés l’incendie, les secours, l’accident des pompiers et l’histoire de l’église.

grand_echo
Article du dimanche 09 février 1930 – Journal « Grand Echo du Nord« 

Le Journal de Fourmies

Le Journal de Fourmies est un hebdomadaire apolitique et indépendant. Les articles publiés sur l’incendie datent des samedis 15 au 22 mars 1930.

Je vais mettre ci-après les transcriptions des plus grands articles trouvé du Journal de Fourmies des 15 et 22 février qui parlent de l’incendie car ils peuvent-être difficiles à la lecture puisqu’ils sont fort clairs et presque effacés.

Ainsi le 15 février, l’information fait la une du journal avec deux photographies de la face avant et des restes de l’église. L’article comporte un récit de la propagation du feu et de l’après incendie. Les noms des pompiers blessés et des casernes d’où ils viennent. Quelques informations sont également données au sujet de la police d’assurance de l’église. L’une des dernières phrases de l’article annonce « Dans notre prochain numéro nous évoquerons l’historique du vieux temple et un de nos collaborateurs en retracera la vie à travers les siècles. » C’est pourquoi j’ai cherché dans le numéro suivant ce texte annoncé.

La recherche par mot clé cependant m’annonçait une autre réponse en page 2 concernant l’incendie. En effet, le pharmacien du village, Monsieur DAUBERCIES, remercie ceux qui l’ont aidé à préserver son immeuble tout proche de l’incendie.

Le 22 en page 2, un article, tout aussi effacé que la une du 15, donne des informations sur « l’après incendie », la proposition d’un lecteur du journal et des remerciements. Une description plus succincte que celle du précédent récit est donnée. Notons que pour débuter cet article le journaliste annonce « Nous publierons prochainement la notice historique que nous avons annoncée concernant l’église d’Anor. » Ainsi l’article promis en une le 15 février sera délivré tardivement semble-t-il.

J’ai alors poursuivis ma recherche en quête de ce fameux historique. L’édition du 1er mars ne comporte aucune mention de l’église, de l’incendie ou de l’Histoire qu’il s’agisse de l’église ou de celle de la commune. En date du 08 mars 1930, dans un encart dédié à l’actualité d’Anor on trouve coincé entre le concert et le bal de la Sainte Cécile donnés par l’Harmonie et la nécrologie une brève allusion :

On voie dans les décombres de l’église
Une ou plusieurs personnes ont dérobé di-
vers matériaux, dont des morceaux de bron-
ze provenant des cloches, dans les décombres
de l’église.
La gendarmerie a ouvert une enquête.

Article du 08 mars 1930 – Le Journal de Fourmies

Le journal du 15 mars n’est pas plus volubile sur la question et le texte pourrait être plus identifié à une anecdote qu’à un article à proprement parler et ici encore pas d’historique sur le lieu saint anorien.

Après l’incendie de l’église – Nous appre-
nons, qu’une cloche de 250 kilos, prêtée par
le fondeur, est actuellement en route pour
Anor : elle sera montée sur un échafaudage
dans le jardin de M. le Curé

Article du 15 mars 1930 – Le Journal de Fourmies

Le samedi 22 mars, dans un encart intitulé « Il y a 50 ans !… » on apprend en clôture de cet éphéméride que le feu de la nuit du 07 au 08 février 1930 n’est pas le premier que connaît cette église.

Le feu à l’église d’Anor – Jeudi 25 mars,
après le salut, le feu se déclara à l’église
d’Anor, dans la chapelle du Sépulcre. On
s’aperçut à temps du sinistre qui fut promp-
tement enrayé.

Article du 22 mars 1930 – Le Journal de Fourmies

J’ai poursuivis ma lecture systématique et complète de cet hebdomadaire jusqu’à la fin d’avril 1930 sans la moindre trace du récapitulatif promis le 15 février… Je vais donc devoir le faire moi-même.

2 commentaires sur “L’église d’Anor ravagée par les flammes – Partie 1 – Journaux

Ajouter un commentaire

  1. Déjà à l’époque, certains journalistes faisaient du buzz, en promettant une suite alléchante à leurs articles… qui souvent ne venait pas. Censure du rédacteur en chef qui préférait le coup de comm à une chronique historique ? Je pioche aussi souvent dans ces sources. Il faut les prendre avec précautions. On le vois, l’attrait du sensationnel ne date pas d’aujourd’hui. Les réseaux sociaux n’ont rien inventé. Seul le support change. J’attends impatiemment la suite.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :