Nos obstacles

Il est des jours où ce n’est pas facile d’être un généalogiste amatrice/amateur ou j’imagine professionnel/le… Une branche que l’on ne parvient pas à compléter, des erreurs de notations… Tout est fait pour ne pas nous simplifier la vie autant qu’on le souhaiterait… Mais alors quelles sont ces difficultés qui font obstacles ? J’ai voulu dans cette réécriture en lister les principales que j’ai pu rencontrer…

Le temps de recherches

Entre les obligations professionnelles, les devoirs familiaux, les besoins personnels, il n’est pas toujours aisé de trouver du temps pour se consacrer à ses recherches. Parfois même ce temps libre ne correspond pas avec les horaires des mairies ou des salles de lecture des archives départementales…

La distance

Les archives départementales ne sont pas toujours à 2 villes de là. La mairie de Far-far-away, ce n’est pas la porte à côté. Alors quand il est question de déplacement les kilomètres ont tendance à s’accumuler vite. Ce n’est pas toujours évident, il faut avoir un moyen de transport ou alors en trouver un.

Le vide documentaire

Même si la mairie du village a fait très attention, il a pu y avoir catastrophes naturelles, guerres, pillages, incendies… Les causes peuvent être diverses et souvent provoquer une perte de données importante. C’est une des façons de se retrouver avec des branches bloquées. Alors si le double des registres n’a pas été envoyé aux archives départementales ou ont subi le même sort c’est parfois la fin de l’aventure pour cette partie d’ancêtres qui deviennent introuvables (ou presque, parfois on a de bonnes surprises avec d’autres documents…)

Les erreurs des autres

Les employés de mairie, les officiers d’état civil, tous sont des humains (même si parfois on a des doutes sur certains). Ils ne sont pas des machines et sont donc sujet aux erreurs. Alors que retranscrire l’oral n’est pas toujours aisé, il est parfois encore plus difficile de faire contrôler puisque l’alphabétisation était auparavant bien moindre qu’aujourd’hui.

Dupont et Dupond

Quand Madame Dupond a accouché le 03 mars dernier d’un petit garçon, Monsieur l’a fièrement prénommé Georges comme son propre grand-père. Quand Madame Dupont a accouché le 05 mai dernier d’un petit garçon, Monsieur a donné à l’enfant le prénom du meilleur ami de son grand-père Georges. Nous voici donc avec 2 enfants nés la même année, à 2 mois d’intervalle, mais surtout se sont des homonymes. J’ai écrit précédemment que blanc-bonnet et bonnet-blanc sont souvent la même personne, mais attention : ce n’est pas toujours le cas. C’est pourquoi il faudra garder le doute et vérifier dates, les tables annuelles et les tables décennales la plus part du temps pour être sur de parler du bon Georges…

Les enfants naturels.

Non pas qu’ils soient en opposition avec des enfants extraterrestres, les enfants naturels sont ceux dont on ne connait que l’un des parents. La plus part du temps, on ne connait que la mère de l’enfant, Monsieur ayant pris la clé des champs. Cependant le cas de figure n’est pas toujours que Mademoiselle ayant honte d’avoir péché garde pour elle le prénom du géniteur, parfois Mademoiselle a juste vécu un drame (trop souvent impuni par silence) qui l’a faite tombée enceinte… Parfois Monsieur n’était pas au courant et l’enfant fut déposé sur le pas de la porte… N’oublions pas également les enfants abandonnés par leurs deux parents… Toujours est-il que ces cas de figure finiront par nous bloquer, temporairement ou non…

 L’Histoire et les mouvements de population

Une peste. Une guerre. Un nouveau départ… L’Homme sédentaire est parfois forcé de se transformer en nomade un temps pour s’établir à nouveau, plus loin, beaucoup plus loin, si loin… Le village de l’autre côté de la rivière n’est pas bien loin, mais lorsque l’on ne connait pas la géographie du coin, on est bien embêté pour retrouver de potentiels villages de naissance par exemple. Lorsque l’on ne connait pas bien l’Histoire d’un lieu, on peut aussi parfois se retrouver en difficulté pour comprendre pourquoi pépé n’est pas d’ici. Une guerre peut faire se déplacer des foules, une épidémie peut faire déménager des villages, la quête d’un nouveau départ peut amener les parents de pépé à chercher du travail et du coup s’établir à l’autre bout du département… Ou plus loin… Prenons l’exemple des mineurs du nord… Combien de Gueules-Noires étaient polonaises ou d’origine polonaise ?

Nos connaissances

On ne peut pas être bon en tout, on ne peut pas tout savoir. C’est pourquoi parfois déchiffrer un document aurait été plus simple avec quelques connaissances paléographiques. Que ce soit mal écrit, que ce soit détérioré, que ce soit une vieille écriture, il n’est pas toujours aisé d’avoir les connaissances et ressources pour palier à cet obstacle. La lecture devient un exercice difficile. L’interprétation relève plus de la divination. Pensons à l’entraide…

Nous-même

Parfois l’obstacle à notre avancée n’est autre que nous-même… Garder la même motivation ou une motivation grandissante en chaque instant est quasiment impossible ! Alors parfois, vous aurez un petit coup de mou. Parfois vous n’aurez pas envie de bouger de votre canapé. Parfois vous n’aurez pas envie tout court. Si ce n’est pas fait avec plaisir ça risque d’être mal fait, alors ne vous forcez pas trop non plus, juste un peu, juste ce qu’il faut…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :